Porto Allegre (Brésil)


Nous traversons un pays très vert où poussent les vaches blanches à la tête pointue et aux très longues cornes. Et c'est de la montagne, et c'est de la forêt. On se croirait en Autriche. La montagne et puis la plaine, puis les prés, puis la montagne...

L'herbe est grasse, les arbres, hauts. Granado. Jorjoa. Les cactus reviennent. La lavande disparaît. Voici les eucalyptus. Les sapins ne sont plus là. Orangers tout en oranges. Paysages en fruitiers. Adieu l'Autriche, bonjour Brésil. Santa Cruz. Un arbre abrite la route de ses cent bras de feuilles. La forêt, la forêt est toujours là qui veille. Un arrêt d'autobus. N°118. Un peu plus loin,le 117. Un peu plus loin, le 116. Pas de maison. Ici, là, des camions bariolés de croix, de signes, de lignes et de bois, de drapeaux de football viennent fumer tranquilles. Des cabanes, un marché, des bicoques de bois. Puis qu

La lecture des articles est réservée aux détenteurs d'un compte gratuit.

Vous êtes inscrit(e) ?
Identifiez-vous !


Pas encore inscrit(e) ?
Rejoignez-nous !


Vous devez être inscrit sur le site pour lire les articles.
Créez un compte gratuitement selon votre statut ci-dessous :

artsdelascene, en respect de ses valeurs, utilise des cookies uniquement à des fins statistiques et non publicitaires.