Un pognon de dingue !


Une fois n'est pas coutume je vais parler économie du spectacle, et plus précisement de celle de la musique, à l'occasion de la sortie du rapport du Centre National des Variétés pour l'année 2017. Où l'on verra que, derrière le milliard d'Euros de recettes en progression, les disparités se creusent par effet de concentration.
______________________________

Qu'est-ce que le Centre National des Variétés ? Fondé sous un autre nom en 86 et devenu établissement public en 2002, son périmètre d'action est délimité par celui de la taxe qu’il perçoit sur les spectacles de variétés"(1) c'est à dire "les tours de chant, concerts et spectacles de jazz, rock, de musiques électroniques et les spectacles d’humour (« sketches »), d’illusionnistes, aquatiques, sur glace,… et dans certains cas, les comédies musicales"(2). C'est à partir de cette collecte qu'est établi son rapport annuel, le dernier datant du 27 septembre 2018, pour 2017.   Quelques chiffr

La lecture des articles est réservée aux détenteurs d'un compte gratuit.

Vous êtes inscrit(e) ?
Identifiez-vous !


Pas encore inscrit(e) ?
Rejoignez-nous !


Vous devez être inscrit sur le site pour lire les articles.
Créez un compte gratuitement selon votre statut ci-dessous :

artsdelascene, en respect de ses valeurs, utilise des cookies uniquement à des fins statistiques et non publicitaires.