Londrina (Brésil)


Je joue dans un petit marché local. Le public n'est pas averti, il tombe des nues quand on lui dit "Oui, c'est du théâtre..."
______________________________

Les deux hommes du camion blanc m'avaient posé devant la Casa Cultural, en espérant que les gens viennent au rendez-vous de 10h. A cette heure-là, les spectateurs sont trois... Alors je vais poser mon décor au bord de la foule, entre une terrasse de café, deux cabines téléphoniques en bulles jaunes et un marchand de Caldo De Cana. Dans cette petite échoppe à roulettes, la machine à écraser la canne à sucre fabrique un jus frais à consommer de suite.   Mais ma présence ne plaît pas à tout le monde, loin s'en faut. C'est un ivrogne qui m'interrompt d'abord en

La lecture des articles est réservée aux détenteurs d'un compte gratuit.

Vous êtes inscrit(e) ?
Identifiez-vous !


Pas encore inscrit(e) ?
Rejoignez-nous !


Vous devez être inscrit sur le site pour lire les articles.
Créez un compte gratuitement selon votre statut ci-dessous :

artsdelascene, en respect de ses valeurs, utilise des cookies uniquement à des fins statistiques et non publicitaires.