Tremplin


Je le revois encore, à califourchon sur une chaise, les bras croisés sur le dossier, il devait avoir quarante cinq ans et portait avec classe un vieux cuir qui lui donnait des airs de baroudeur planétaire. Ce qu'il était, d'ailleurs. Nous on sortait de scène, trempés de sueur, galvanisés par le succès, on glissait dix centimètres au-dessus du sol et ça m'avait donné l'assurance de l'accoster.
______________________________

C'était une sorte de modèle pour moi, une figure de la rue, j'avais adoré chacun de ses spectacles, et j'étais autant grisé de partager les loges avec lui que par le carton qu'on venait de faire. On échangeait sur le milieu des arts de la rue, et comment y faire sa place en tant que compagnie, quand il m'a fixé droit dans les yeux.   — Si ton premier spectacle n'est pas excellent, autant changer de compagnie. Un bon buzz sur le premier, c'est la donne de base pour poser un nom. Mais ça ne suffira pas, c'est au deuxième que tout commence. C'est

La lecture des articles est réservée aux détenteurs d'un compte gratuit.

Vous êtes inscrit(e) ?
Identifiez-vous !


Pas encore inscrit(e) ?
Rejoignez-nous !


Vous devez être inscrit sur le site pour lire les articles.
Créez un compte gratuitement selon votre statut ci-dessous :

artsdelascene, en respect de ses valeurs, utilise des cookies uniquement à des fins statistiques et non publicitaires.