Bon sang, mais c'est bien sûr !

(Macron et la culture)

Là, pas d'interrogation. Je  suis définitivement le dernier des crétins.

Parce que, à défaut de trouver un programme de la star du moment (vous avez remarqué comme ça ne dure pas ?), j'ai pu picorer ici ou là les propostions-culture du nouveau chouchou des média mainstream, je résume : pass jeune de 500€ (comme Matteo Renzi), horaires étendus d'ouverture des  bibliothèques étendues (comme les Norvégiens), renforcement de l'éducation artistique à l'école (comme d'habitude en période électorale).
 
Et là je me dis comment n'ai-je pas pensé plus tôt à toutes ces bonnes idées ? En tout cas, l'originalité, la vision politique et la profondeur de ces mesures me laisse sans voix. Respect, il y a du niveau. Surtout que tout cela m'est proposé en me rapellant que la culture est un Elément Constitutif de la Nation. En citant Malraux tiré du Panthéon pour l'occasion. Et les Lumières.

 

 Mais se peut-il (oh non, pas ça, quand même !) que les propositions du candidat à la plus haute magistrature de l'Etat ne soient que des promesses électorales, comme lorsque que Hollande, grand pourfendeur des inégalités sociales, nous disait "Mon ennemi, c'est la finance" ? Parce que ce Monsieur Macron, qui porte beau et parle bien, je me souviens tout à coup que c'est un ancien banquier d'affaires qui a grandi à Bercy-ministère, lieu qui n'a pas la réputation d'être un nid de gauchistes enragés. Ni même de progressistes, fussent-ils trèèèès modérés. Alors, quand je l'entends se pencher avec compassion sur les "jeunes des familles défavorisées", j'ai du mal à ressentir la petite flamme qui me pousserait à enfourner le bon bulletin dans l'urne.

 

Bon, résumons-nous, attention suivez bien, c'est difficile. Nous avons eu un candidat couvrant d'opprobe le Grand Capital (Hollande), qui n'a même pas été candidat d'ailleurs. Un Candidat-du-Peuple (Sarkozy), qui a fondu comme neige au soleil. Aujourd'hui, nous avons un candidat antisystème (Fillon, qui nous dit que c'est "le système" qui veut sa peau) dont on peut douter qu'il survive à l'hiver. En embuscade, la candidate du Redressement de la Phrânce. Alors Macron, dans l'affaire, c'est le gauchiste de service ? On ne parle pas bien sûr de Hamon ni de Mélenchon, un peu de sérieux, enfin, nous sommes entre personnes responsables.

 

Et moi dans tout ça, comment je fais pour savoir quel est le programme culturel de la-mort-qui-tue qui va nous faire des lendemains radieux ? C'est qui le prochain Homme Providentiel qui nous sauvera ? Á peine intégrées les propositions (oh combien complexes) des programmes, je suis obligé de tout recommencer...Tout ça devient trop compliqué pour moi.

 

Quand je vous disais que je suis le dernier des crétins.
artsdelascene, en respect de ses valeurs, utilise des cookies uniquement à des fins statistiques et non publicitaires.